Le Graët, l’âpre de Noël / International / France / SOFOOT.com

Alors que la période actuelle nécessitera un président visionnaire capable de penser l’avenir à la tête de la FFF, le discours de Noël Le Graët semble déconnecté de la réalité.

“Depuis six mois, nous avons l’impression qu’il ne faut pas y aller, que c’est honteux. Le Qatar va bien organiser les choses, j’en suis sûr. » Avec nos collègues de l’équipeNoël Le Graët persiste et signe. « Nous aurions dû en parler avant. Les arguments d’aujourd’hui sont un peu en retard. Lors de l’attribution de la Coupe du monde, il y a plus de dix ans (en 2011), Je n’ai pas vu beaucoup de démonstrations” , il s’était déjà agacé sur le plateau de Télématin, l’émission de France 2. Une stratégie défensive complètement hypocrite. Depuis au moins 2014, les ONG, les syndicats et la presse internationale, dont française, tirent la sonnette d’alarme, notamment sur les conditions de vie et de mort des travailleurs migrants, principalement en provenance d’Asie. Études, enquêtes, rapports détaillés, rapports, statistiques, tout était déjà là. Des syndicalistes népalais à la BBC, il faudrait être sourd ou déconnecté des réseaux sociaux pour l’ignorer. Ce silence complaisant cimente la France comme un mauvais élève en la matière, du moins au sein de l’UEFA. Ainsi, alors que les fédérations européennes remettaient la FIFA dans les cordes après un courrier leur enjoignant de “maintenant se concentrer sur le football” l’ancien maire socialiste de Vichy, en bon légitimiste, suit la ligne officielle du parti : «Nous ne sommes pas connectés à cela pour le moment. Mais si je n’aime pas quelque chose sur place, je le dirai, peut-être devant les signataires. Pour ma part, je suis en bons termes avec Gianni Infantino. »

Lire Aussi :  EN DIRECT - France-Pologne : Deschamps reconduit l'équipe victorieuse face au Danemark

Un président ne devrait pas dire ça

La même lâcheté face à la discrimination. Certaines équipes, dont les Bleus, ont besoin de voir leur capitaine (en l’occurrence Hugo Lloris pour les Bleus) porter un brassard pour cette affaire. La réaction de Noël Le Graët visait avant tout à ne pas offenser les Qataris : « Nous allons discuter de cela. Mais j’aime juste qu’il ne le fasse pas. Nous jouerons dans un pays que nous devons respecter. Mais si nous devons le porter, nous le ferons. Ce n’est pas que je ne sois pas favorable à cette cassette, mais parfois je pense que nous voulons tellement donner des leçons qu’il faut aussi regarder ce qui se passe à la maison. » En fait, il peut commencer par se demander ce qui se passe dans sa FFF, ce qu’il fait, ou plutôt ce qu’il s’abstient. Car les contradictions se multiplient, sur le fonctionnement de la fédération, sur le refus de rester courtois, dans la lutte contre l’homophobie, entre autres. La FFF est également auditée par son ministère sur d’éventuels dysfonctionnements internes révélés par les médias ces dernières semaines. « Un audit est actuellement en cours. Ce sera bientôt fini. Je suis pleinement confiant du résultat. Puis, sur ce qui est paru dans la presse, il y a une plainte de moi, une autre de la Fédération et une de Florence Arduin. Cette affaire est terminée pour moi. J’ai fait ce qu’il fallait faire. Et je n’ai jamais fait ce dont ils m’accusent. » Sur toutes ces questions, il peut certainement sentir que la nouvelle ministre des sports, Amélie Oudéa-Castera, initialement inflexible, a quelque peu assoupli sa position, selon ses récentes interviews : “Noël Le Graet m’a dit qu’il n’était pas l’auteur du fameux SMS, qu’il respecte les femmes, qu’il a des filles et une femme à qui il est attaché. Il dit avoir beaucoup de respect pour l’environnement de travail. Je ne veux pas contester l’intention avant la lettre. »

Lire Aussi :  Au Royaume-Uni, Rishi Sunak à la tête d’un Parti conservateur en mode rebelle

Rien ne semble le déranger. Pas même le doute autour de la sélection de Jordan Veretout dans l’alignement de la Coupe du monde, avec un potentiel conflit d’intérêt autour de Bachir Nehar, steward des Bleus et employé comme “team manager”, à partir de 2020, par VV Consultation, l’agence de Vadim Vasiliev , ex président de Monaco, qui serait intervenu dans le transfert du joueur à l’OM. En fait, Noël Le Graet semble déjà se concentrer sur son avenir et celui de Didier Deschamps, comme s’il était évident que la décision lui appartenait. “Nous sommes tous les deux d’accord, nous nous reverrons juste après la Coupe du monde.” Si on va en demi-finale, c’est lui qui choisit. S’il se sent motivé pour continuer, on ne se dispute même pas. Si on n’est pas dans le dernier carré, on discute… » Il continue d’exercer son pouvoir, notamment en offrant le scalp de Pascal Garibian, patron de l’arbitrage depuis dix ans, à des clubs professionnels ciblant les hommes en noir comme cause de tous leurs soucis d’avant-saison. Il est convaincu “pour terminer mon mandat. J’avais deux ans de retard sur le championnat du monde. » Heureusement, la loi l’empêche de se représenter.

Lire Aussi :  « La Foire n’a pas d’équivalent en France »

Par Nicholas Xis-Martov

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button