L’utilisation des clichés pour vendre le Québec à l’international!

Le cliché. Elle est tantôt réductrice, tantôt simpliste et trop souvent caricaturale. Quand il s’agit d’identité touristique ou culturelle, on la déteste parce qu’on la trouve dépourvue de charme et de romantisme. Cependant, on n’hésite pas à l’utiliser pour donner une forme plus précise à l’image d’un autre pays.

• Lisez également : Le terroir local prend le pas sur le monde

Dans l’espace médiatique, cela indique au mieux un manque de compréhension de la part de la personne qui le rapporte.

Souvenons-nous de l’automne 2016. Le magazine Elle a publié un article sur la percée de Ricardo en France. Il décrit Ricardo comme un “gentleman trappeur” qui procède chaque année à des sacrifices traditionnels de porc dans les érablières puis le congèle à l’extérieur. L’article, truffé de clichés, a suscité une telle protestation que le journaliste a dû s’excuser.

Nous pouvons également vous fournir des exemples de reportages en français sur le Grand Nord de Montréal, nos chiens de traîneau et le froid arctique qui nous rend si amicaux.

Combien de fois avons-nous lu un article français sur le Québec avec un sacre bien senti? !

A chaque fois nous sommes indignés par ces raccourcis alléchants.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Brésil: Lula condamne l'invasion de "vandales fascistes", le Congrès évacué par la police

Un outil puissant

Mais soyons honnêtes, un cliché, aussi détesté soit-il, est un puissant outil publicitaire pour une ville ou un pays. Chaque semaine on retrouve dans la presse internationale des images du Stade olympique ou de la rivière St. Lawrence pour illustrer le Québec. L’un des hôtels les plus représentés au monde est le Château Frontenac. Nous avons souvent essayé de nous éloigner de ces images éculées, mais nous n’y pouvons rien. C’est notre Tour Eiffel.

L’image semble conserver une image familière aux clients. Lorsqu’il est mignon, le cliché devient un élément très puissant de promotion touristique et culturelle.

En matière d’alimentation, nous ne sommes pas à l’abri de ce phénomène.

D’abord, un peu de contextualisation. L’industrie alimentaire québécoise est responsable d’une moyenne de 1,8 % de tous les articles et reportages québécois dans le monde chaque semaine. Les reportages sur la culture alimentaire au Québec bénéficient très souvent d’une couverture qui va au-delà de simples paragraphes ou d’articles d’agences de presse.

Quand on mange de la poutine dans le monde, il y aura très probablement une mention du Québec non loin de là. La viande fumée la plus délicieuse est un incontournable du Québec. Qui fait les meilleurs bagels ? Il y a de fortes chances qu’ils vous disent que c’est Montréal, à moins bien sûr que ce soit un média new-yorkais.

Lire Aussi :  Qui est Eva Kaili, l'eurodéputée grecque soupçonnée de corruption en lien avec le Qatar ?

Si nos vins et cidres sont devenus parmi les produits québécois les plus cités, c’est la poutine qui connaît la croissance la plus fulgurante. En 5 ans, son poids médiatique a augmenté de 18% dans les médias étrangers.

Quand on pense à la cuisine étrangère, on associe facilement le japonais à ses sushis, et le mexicain à son guacamole. La baguette française n’a-t-elle pas été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO cette semaine ?

Ces cadres semblent moins lourds à porter que les nôtres. Tout bien considéré, ils sont tout aussi importants. Peut-on être plus prudent ? Ne serait-il pas préférable de regarder nos photos en face ?

Pour sort entre je mange

Il est peut-être temps de faire le nôtre sort entre nourriture et s’imprégner pleinement de ce qui constitue notre folklore. C’est un élément clé de notre identité. C’est un outil de vente très puissant, c’est le moins qu’on puisse dire.

Lire Aussi :  Comment dénicher le cadeau de Noël parfait

Embrassons nos clichés. Ils y sont présents. Ils sont bruyants et parfois grossiers. Même si nous grinçons des dents pour les admettre, libérons-nous de cet inconfort ! Cela ne semble pas déranger les autres capitales touristiques.

Les plats ou aliments qui ont le plus fait briller le Québec en 2022

1) sirop d’érable 17,11 %

2) Frites au fromage 13,32 %

3) Une sirène 12,68 %

4) Vins et cidres 12,59 %

5) Bière 10,74 %

6) frites de Montréal 6,29 %

sept) Porc 4,73 %

8) viande fumée 3,15 %

9) Pudding sans emploi 2,88 %

dix) agneau de Charlevoix 1,76 %

UNE SOURCE D’INTÉRÊT POUR L’ALIMENTATION AU QUÉBEC

  • Journaux et web (45 pays identifiés)
  • Période du 1er janvier au 30 novembre 2022
  • Mots-clés : Montréal et Québec, en relation avec divers plats et aliments, dans toutes les langues qui utilisent notre alphabet

1) États-Unis 47,81 %

2) Grande Bretagne 9,85 %

3) France 6,57 %

4) Australie 4,74 %

5) Mexique 4,01 %

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez des informations susceptibles d’intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous à ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button